Concert The Fuse 🎸

L’agence de voyage

Le bruit et le motard

La pollution sonore

Lorsqu’il s’agit de nuisance sonore, les esprits échaudés se tournent inlassablement vers les motards. Trop bruyant, trop rapide, irrespectueux des lois, membres d’un gang, les clichés ont la peau dure, et sont fondés sur une minorité dont pâti la majorité des motards. Voyons ensemble comment régler ce sujet houleux.

Le bruit ne sauve pas les vies

La plupart des motards roulants sans chicane ou avec un pot non homologué pour la route pensent que faire du bruit leur permets d’être entendus par les autres usagers de la route, et donc d’être en sécurité. « Si ils ne nous voient pas, ils nous entendront ». Faisons la peau (d’échappement) à cette fausse idée. En effet il à été démontré par toutes les études réalisées sur ce sujet que le bruit n’aide pas à la sécurité des motards. Fini le « Loud pipes save lives » des années 70, aujourd’hui la pollution sonore est un vrai problème pour les citadins comme les habitants de routes touristiques.

Sensibiliser pour de meilleurs comportements

La sensibilisation des motards aux problèmes qu’ils génèrent est indispensable. Il est facile de jeter la pierre aux pots d’échappement modifiés, cependant il s’agit également des motos « stock » et homologuées, utilisées dans un mauvais comportement routier. Le meilleur moyen d’être plus silencieux est d’éviter le surrégime moteur et ralentir à l’approche d’habitations.

La répression légale

La loi puni la pollution sonore par une amende de 135€ voir, par l’immobilisation du véhicule et l’obligation de réaliser les travaux d’homologation. Il est très difficile pour les autorités de gérer ce problème. Pas de contrôle technique (qui se révélerait complètement inutile) et l’achat de pots non homologués pour la route est rendu facile par internet. Certains pays Européens ferment désormais l’accès aux motos dans certains cols fréquentés. La motivation de cette interdiction : la pollution sonore gène la faune, les touristes et les habitants. Cette interdiction est évidement vécue comme une injustice par la majorité des motards qui respectent la loi en vigueur. Et ce n’est sûrement pas une solution viable à apporter en France.

La moto : le grand méchant loup

Les motards ne sont pas l’unique cause de nuisance sonore. Voitures, camping-cars, camions; sont parfois d’autant plus bruyant et polluants. Interdire l’accès aux motards est évidement injuste et contre-productif et se révèlerait être une perte de clientèle pour tous les commerces voisins. Comme souvent, ce problème peut être réglé par l’éducation, avant la répression, et il est temps de travailler tous ensemble pour une meilleure cohabitation sur les routes. Mais n’oublions pas ceci : le désir de faire du bruit est causé par une insécurité que ressentent les motards sur route, se qui n’est pas normal non plus ! L‘inaction des autorités est pointée du doigt depuis des années par la FFMC (Fédération Française des Motards en Colères). Routes mal entretenues, mobilier publique dangereux, inattention généralisée des automobilistes… Autant de problèmes restés sans solutions concrètes, qui poussent peut-être certains motards à vouloir se faire entendre : à méditer.

Quelles alternatives pour la sécurité ?

Comme démontré plus haut, le bruit de sauve pas des vies. Si on ne nous entend pas, alors il faut faire en sorte d’être vu. Cela passe par une vitesse adaptée à la situation, un bon placement sur la chaussée et des phares en bon état de fonctionnement. A cela ajoutons de la couleur, certains plébiscitent les casques jaune fluo : très efficace mais pas forcément au gout de toutes et tous.  Un casque et des vêtements de couleurs vives ou claires, ainsi que des éléments rétroréfléchissants, très efficaces de nuit, nous rendent plus visibles. La plupart des motos modernes sont équipées de phares à LED, offrant une lumière plus vive et plus visible de jour comme de nuit.

Envie de prendre la route ?
error: Contenu protégé